A PARIS : un espoir de recrutement pour les crèches?

Publié le par Khalamity

Recruter des BEP Petite Enfance pour palier au manque de personnelPeut être enfin une solution? Aprés plusieurs mois de grève, la ville semble vouloir enfin réagir et ouvrir les recrutements sur les diplômes de niveau BEP/CAP, sous condition de passer ensuite les concours d'auxiliaire au minimum. Aux frais de qui? ce n'est pas mentionné. Peut être une solution qui permettra aux structures de banlieue de recruter enfin les personnels manquants, et aux structures intra-muros de pallier au manque de personnel. La nuance est infime, mais elle y est. En effet, les structures de banlieues n'arrivent pas à recruter de personnel diplomé+, puisque la mairie de Paris se sert avidement. Peut être arriverons nous enfin à l'équilibre? Des crèches au personnel un peu moins homogène, des crèches à une seule vitesse?

Gw.

La sortie de crise imaginée par la Mairie de Paris ne devrait pas se faire sans heurts. Après les grèves à répétition du personnel de la petite enfance de la Ville ces derniers mois, qui réclament plus d'effectifs, François Dagnaud, adjoint (PS) chargé de la Gestion du personnel, a dévoilé hier un début de solution, qui devrait décoiffer plus d'un syndicat.

« S'il manque du personnel dans nos crèches, c'est parce qu'il n'y a pas assez d'auxiliaires de puériculture diplômées chaque année pour éponger la demande », a-t-il expliqué. Sur 2 200 nouvelles recrues par an, dont 1 100 en Ile-de-France, Paris en embauche 550, « ce qui assèche déjà suffisamment la région », estime l'élu. D'où sa solution : « Au lieu de ne recruter que des auxiliaires, nous pourrions ouvrir nos crèches municipales aux diplômé(e)s de CAP petite enfance et de BEP carrières sanitaires et sociales, et leur proposer de passer les concours d'auxiliaire. » Une mixité qui existe déjà en province et dans de nombreuses villes de banlieue. « Mais à Paris, la tradition, et non la loi, impose 100 % d'auxiliaires », rappelle l'adjoint.

Reste l'épineuse étape syndicale. Chez Force ouvrière, Bertrand Vincent annonce clairement la couleur : « C'est une proposition que l'on nous a déjà faite officieusement, mais nous refusons car cela déqualifie notre service. » Un compromis devra pourtant être trouvé avant septembre, date à laquelle le personnel des crèches prévoit de nouvelles mobilisations.

Magali Gruet


©2006 20 minutes

La Ville souhaite adapter le nombre de postes par crèche à la durée moyenne qu'y passent les enfants, différente selon la composition sociologique du quartier. Une sorte de discrimination positive.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Bonjour! j'espère vraiment que la mairie de paris va se bouger et arrêter de dire que tout va bien. je n'ai pas envie de recommencer le même délire l'année prochaine avec toutes ces journées de grève... comment ça va sinon? bisous et bon week end
Répondre
D
Ils me font rire avec leur discrimination positive ! Rire enfin ce serait plutôt "grincer les dents " si ce n'est pire ! Bisous et bonne journée !
Répondre
K
oui... grincer des dents...  il y aurait des choses à dire