40.000 places de crèche vont être créées en 5 ans

Publié le par Khalamity

Actualité du jour : Le gouvernement par l'intermédiaire de son ministre de la famille M. Bas, annonce la création de 40 000 places de crèches.

Personnellement, j'ai choisi de relayer cette information, sans pour autant me faire d'illusions. Depuis le début, c'est plus de 100 000 créations de places promises. Quel est le bilan aujourd'hui? Combien de places ont elles été réellement créées? La volonté gouvernementale trouvera t elle écho auprés des élus locaux? Quelle politique de subvention restera appliquée? Quel prix pour les familles? Comment aller à l'encontre du "contre privé" qui empêche les initiatives privées de s'implanter. Je suis extrêmement dubitative, et je vous invite à la plus grande prudence face à cet effet d'annonce, qui bien entendu tombe tardivement mais pile dans le calendrier de Campagne du parti au pouvoir..... à bon entendeur.

"D'ici à 2011, chaque foyer aura la garantie d'une solution de garde" pour les enfants de moins de trois ans, promet le ministre délégué à la Famille.

Philippe Bas présente mardi son plan "petite enfance" alors qu'encore 10% des parents ne trouvent pas de solution.

L'objectif est d'"offrir, d'ici à 5 ans, une solution d'accueil pour tous les enfants de moins de trois ans". Le ministre délégué à la Famille, Philippe Bas, annonce dans le Figaro de mardi la création de 40.000 places de crèche supplémentaires en cinq ans, dans le cadre du plan "petite enfance" qu'il présente mardi. Ces 40.000 nouvelles places viendront s'ajouter aux 72.000 places qui auront été créées de 2004 à 2008", précise-t-il. Ainsi "d'ici à 2011, chaque foyer aura la garantie d'une solution de garde", assure le ministre.

Selon lui, actuellement "sur les 2,4 millions d'enfants de moins de trois ans, il y en a 240.000 pour lesquels les parents n'ont pas de solution", sans compter les cas "où la maman a pris un congé parental, non par souhait, mais faute de mode de garde".

Trois types de crèches, une seule méthode

Philippe Bas veut aussi "favoriser le développement de trois types d'accueil" : les "micro-crèches" d'une capacité de neuf enfants maximum, les crèches d'entreprises pour les PME et les crèches rurales. Son plan, dit-il, prévoit aussi, de "stopper le parcours du combattant des familles en centralisant toute l'offre de garde sur un site internet d'information", qui sera opérationnel dans un an.

Le plan prévoit également d'agir "sur le recrutement et la formation des personnels", affirme le ministère, et sur la diversification des modes de garde pour élargir la palette des solutions possibles. Il estime à 20.000 le nombre de professionnels de crèches collectives (municipales ou parentales) ou de jardins d'enfants et à 60.000 le nombre d'assistantes maternelles, qui seront nécessaires dans les 10 ans à venir.

Sources LCI.FR

 

Philippe Bas: "40.000 places de crèche supplémentaires sur 5 ans"
Propos recueillis par Delphine de Mallevoüe.
 Publié le 06 novembre 2006

Le ministre veut offrir aux familles, d?ici à cinq ans, une solution d?accueil pour tous les enfants de moins de trois ans.

 
PHILIPPE BAS, le ministre délégué à la Famille, lance aujourd?hui son plan «Petite enfance» afin d?encourager le désir de maternité des femmes qui travaillent et de favoriser le «passage» au troisième enfant. Pas moins de 40. 000 places de crèche sur cinq ans sont prévues, de quoi réduire l?écart entre les besoins des familles et l?offre de garde collective.
 
Notre système ne sait pas répondre aux besoins des familles alors que le taux de fécondité français est l?un des plus élevés d?Europe. Comment y remédier?
 
Avec 807000 naissances en 2005, soit un taux de fécondité de 1,92 enfant par femme contre 1,3 ou 1,4 pour les autres pays européens, la France fait en effet figure d?exemple. D?autant plus que 80% des Françaises continuent de travailler tout en élevant leurs ¬enfants. C?est précisément pourquoi je veux que les besoins de ces mères, réalité désormais irrévocable, soient au c?ur de la politique familiale, que je souhaite résolument féministe.
 
Les choses devraient donc radicalement changer? Des changements ont déjà été amorcés depuis mon arrivée au ministère, comme l?augmentation de 50% de la prestation d?accueil du jeune enfant pour un couple de smicards ou encore la création d?un nouveau congé parental d?un an qui, plus court et mieux rémunéré que celui de trois ans, permet plus facilement aux femmes de ¬reprendre pied dans le monde du travail. Maintenant, il faut passer à la vitesse supérieure, c?est tout le sens du plan «Petite enfance».
 
Quelles en sont les grandes lignes?
 
Tout d?abord, l?augmentation très significative de l?offre d?accueil des tout-petits qui, contrairement aux enfants de trois ans qui disposent de la maternelle, manquent cruellement de solutions de garde. Sur les 2,4 millions d?enfants de moins de 3 ans, il y en a 240000 pour lesquels les parents n?ont pas de solution. Je ne compte pas les cas où la maman a pris un congé parental, non par souhait, mais faute de mode de garde. Et puis il n?est pas normal que le «passage» au troisième enfant ne se fasse pas alors que le désir est fort dans bien des couples. Autres axes : la diversification de l?offre et enfin l?amélioration de sa qualité.
 
Concrètement?
 
Sur cinq ans, nous allons ouvrir 40000 places de crèche ¬supplémentaires.
 
C?est un effort considérable, d?autant qu?il vient s?ajouter aux 72 000 places qui auront été créées de 2004 à 2008. D?ici à 2011, chaque foyer aura la garantie d?une solution de garde, c?est la véritable ambition de ce plan.
 
Comment comptez-vous diversifier les modes de garde?
 
Il est impératif d?offrir plus de souplesse aux parents. C?est pourquoi je souhaite favoriser le développement de trois types d?accueil. D?abord, les micro-crèches. Leur capacité étant limitée à neuf enfants maximum, elles n?ont pas la rigidité et les contraintes des plus grandes infrastructures et sont donc plus faciles à mettre en place. Actuellement testées en Mayenne, je veux les expérimenter à grande échelle.
 
Je veux également favoriser l?accès des petites sociétés aux crèches d?entreprise. Elles sont de plus en plus nombreuses à vouloir en bénéficier mais n?en ont pas les moyens. En se regroupant à plusieurs et en leur donnant la possibilité de désigner un mandataire qui portera le projet pour elles de A à Z, elles pourront disposer de leur propre mode de garde à moindre coûts.
 
Autre priorité: développer les crèches rurales pour répondre aux besoins des parents et encourager l?installation des couples à la campagne. Aussi vais-je alléger les contraintes administratives de ces infrastructures, atténuer les coûts d?exploitation et traiter le problème de recrutement des personnels. À ce propos, je permettrai qu?un directeur de crèche puisse gérer deux infrastructures en même temps.
 
Qu?entendez-vous faire  pour améliorer la qualité  des modes de garde?
 
D?abord, stopper le parcours du combattant des familles en centralisant toute l?offre de garde sur un site Internet d?information. Région par région, les parents sauront vers quelle solution se tourner. Ce service, disponible dès ce mois pour des informations générales, sera vraiment opérationnel dans un an.
 
Par ailleurs, sans attendre, nous mettons en place avec le ministre de l?Éducation les «plateformes de la petite enfance» pour répondre avec précision aux besoins locaux, tant en termes d?infrastructures que de nombre de personnels et de formations.
 
La formation des personnels va-t-elle gagner en professionnalisme?
 
Ce plan prévoit l?obligation pour toutes les assistantes maternelles de se former avant l?exercice de leurs fonctions mais aussi pendant, comme une formation continue, pour donner plus de ¬garanties aux familles. Enfin, la loi votée l?an dernier pour attirer les jeunes femmes vers le métier d?assistante maternelle va entrer en ¬vigueur au 1er janvier. Elles seront assurées d?avoir une formation ¬ciblée, une meilleure rémunération, des débouchés à long terme et des droits mieux reconnus.

 

 
 

Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées,

aux Personnes handicapées et à la Famille

Paris, le 2 novembre 2006

Invitation presse

Philippe BAS, ministre délégué à la Sécurité sociale,

aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille,

présente

le Plan Petite Enfance

Afin d’offrir aux familles des solutions de garde pour tous les enfants de moins de 3 ans

Mardi 7 novembre 2006

à 11h00

(Ministère de la Santé et des Solidarités

14 av. Duquesne Paris 7ème – 2ème étage, salon B)

Contacts :

Juliette LAFONT, Conseillère communication, 01 40 56 70 46

Laure ESPINASSIER, Attachée de presse, 01 40 45 65 50

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article